Sélectionner une page
  • Elyseum : entre Animation et Tranquilité

C’est un quartier en pleine évolution, toujours en mouvement, dans la lignée de son cousin du Châtelain. Proche des institutions européennes, desservi par un réseau étendu de moyens de transport (du métro au Villo !) et à deux pas des étangs d’Ixelles, il est à la croisée de deux mondes.

D’un côté, l’animation de la ville où l’on trouve à la fois les enseignes les plus prestigieuse de la capitale ainsi que des petits commerces de quartier, cafés, restaurants, terrasses.

Et de l’autre côté, le calme des rues adjacentes qui incitent à la flânerie, aux promenades, au repos. Côté culture, même richesse : du Musée d’Ixelles au Musée d’architecture, La Loge (établi dans une ancienne loge maçonnique), en passant par l’Eglise Saint-Boniface et par le Flagey, centre de culture entièrement voué à la musique et à l’image, difficile de ne pas trouver son bonheur. Et pour les amateurs de marchés celui de la place Flagey est incontournable.

L’éducation des enfants n’est pas oubliée : on ne compte pas moins d’une douzaine d’écoles dans les environs dont deux athénées renommés, une académie de musique, une école de théâtre. A l’image de ce quartier, Elyséum vous offre la proximité de la ville et l’intimité ; le calme partagé d’un îlot intérieur.

  • A l’origine

A l’origine de ce projet, on trouve un bâtiment administratif de 12.000 m2 de bureaux.

Construit pour une part Rue des Champs-Elysées au début des années 50 par Maxime Brunfaut, il avait été conçu pour abriter la Caisse Nationale des Vacances Scolaires (ONVA).

Vers 1975, l’ONVA fait l’acquisition d’une série de maisons et de petits hôtels de maître Rue de la Croix et Chaussée d’Ixelles qui seront détruits pour être remplacés par le bâtiment actuel, pur fruit des architectes fonctionnalistes anversois Léon Stynen et Paul De Meyer.

Les évolutions technologiques de ces dix dernières années ont profondément modifié notre rapport au travail et à l’entreprise et ont par conséquent rendu ce lieu trop grand pour l’activité de l’ONVA. Celle-ci a troqué ses 12.000 m2 à Ixelles pour 4.000 m2 dans le centre de Bruxelles, lançant ainsi un appel d’offre pour le rachat de l’îlot.